Au temps de la crise des années 1930 : analyses, interprétations et perspectives dans le mouvement ouvrier

Serge Wolikow

Historien, Msh Dijon. Président du conseil scientifique que la Fondation Gabriel Péri.

 

La crise brutale et durable de l’économie capitaliste internationale dans les années 1930 a suscité beaucoup d’analyses qui ont conforté la critique du capitalisme. Les approches quant aux solutions et aux perspectives envisagées étant diverses selon les organisations, nous vous proposons un certain nombre d’écrits (textes, conférences, interventions parlementaires, militantes ; etc ) peu connus et accessibles intégralement en ligne. Vous pourrez y accéder en cliquant, à chaque fois, sur la couverture.

Le parti socialiste et la crise

 

 

Dans un discours prononcé à la chambre des députés le 27 février 1931, Charles Spinasse, député SFIO, expose les analyses de son sur la crise.

(Charles Spinasse, La crise économique : discours prononcé à la Chambre des Députés le 27 février 1931, Paris, Librairie populaire, 1931, 32 p., Mis en ligne par le Portail Archives Numériques et Données de la Recherche – Pandor ).

 

 

 

 

Le point de vue anarchiste

 

 

 

Sébastien Faure, théoricien de l’anarchisme, expose lors d’une conférence en 1932 l’interprétation anarchiste du capitalisme en crise.

(Sébastien Faure, La crise économique, Le chômage : origines-conséquences-remèdes, Paris, éd. de la grande réforme, 1932, 31 p., mis en ligne par Pandor).

 

 

 

L’analyse de l’Internationale communiste

 

 

Dmitro Manouilski, Secrétaire du comité exécutif de l’Internationale communiste, présente la politique du Komintern à la lumière de la crise dans un rapport au Présidium du comité exécutif.

(Dmitro Manouilski , La crise économique et l’essor révolutionnaire, Paris Bureau d’éditions, 1930, 54 p., mis en ligne par Pandor).

 

 

 

 

 

 

 

L’internationale communiste a essayé d’analyser l’évolution économique internationale non sans un certain nombre de fluctuations et d’interférences avec les objectifs politiques de l’organisation (notamment la théorie des « deux mondes » qui vise à opposer le monde capitaliste touché par la crise à l’URSS, pays du socialisme, épargné par la crise). Le chapitre 7 de cet ouvrage est consacré aux théories et aux discours sur le capitalisme en crise.
(Serge Wolikow, L’Internationale communiste, 1919-1943 : le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Ivry-sur-Seine, éd.de l’Atelier, Paris, éd. ouvrières, 2010).

 

 

 

 

 

Georges Politzer, philosophe et théoricien marxiste a tenu la chronique de l’analyse de la crise dans les cahiers du bolchevisme dont les numéros sont accessibles sur Gallica. En cliquant sur l’image, vous aurez accès à sa dernière chronique pour l’année 1932 (Cahiers du bolchévisme, n° 7, avril 1933, pp. 510-519).

 

 

 

Cette chronique comprend des présentations synthétiques de données économiques sur la crise destinées notamment aux cadres du PCF:

Réagir

Si vous souhaitez réagir à cet article, le critiquer, le compléter, l’illustrer ou encore y ajouter des notes de lecture, vous pouvez proposer une contribution au comité de rédaction. Pour cela, vous pouvez créer votre compte en cliquant ici et y publier votre texte ou l’envoyer à cette adresse : contribution@silogora.org

© 2017 SILO Mentions légales

Réalisation Studio Chispa

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account