« Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte », de Karl Marx

Jean-Numa Ducange

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Rouen

 

Au début de l’année 1852, Karl Marx, réfugié à Londres depuis l’échec des révolutions, prend la plume et rédige Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, en réaction au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, devenu Empereur des Français, Napoléon III, un an plus tard.

Formidable essai d’histoire immédiate analysant dans le détail la situation politique de l’époque, Le 18 Brumaire constitue aussi une réflexion profonde sur le poids de la tradition bonapartiste en France depuis un demi-siècle : est-elle l’héritière de la Révolution ? de la monarchie absolue ? Comment expliquer la popularité d’un homme providentiel qui se place au-dessus des clivages et des partis ? La réflexion de Marx dépasse largement le moment historique des années concernées même si elle doit être être bien située pour pouvoir la comprendre.

En décembre 1848 avait eu lieu pour la première fois de l’histoire de France l’élection au suffrage universel du Président de la République. Les révolutionnaires de 1848 avaient pensée cette élection comme un moyen démocratique de choisir la tête de l’exécutif. Habilement le neveu de Napoléon Ier détourne les ambitions de départ pour les retourner à son profit : dans une France rurale demeurée conservatrice et effrayée par les « rouges » de la capitale et de quelques villes, Louis Napoléon Bonaparte se présente comme garant de l’ordre. Aux ouvriers dégoutées de la « République bourgeoise » qui a fait tirer sur les ouvriers quelques mois plus tôt en juin, il leur propose « l’extinction du paupérisme » n’hésitant à puiser dans le fond doctrinal du socialisme. Alliage en apparence contradictoire et bancal mais qui fonctionne et lui permet de remporter haut la main en décembre 1848 l’élection avec près de 75 % de suffrages, écrasant ses adversaires républicains… Un Proudhon, pourtant très méfiant à l’égard de l’État, sera au départ séduit par l’aventure : c’est la « révolution sociale démontrée par le coup d’État » ! Tout un programme… Qui montre la force d’attraction d’un président fort, « attrape-tout » et doté de multiples pouvoirs.

Les républicains, traumatisés, retiendront de l’épisode une profonde aversion à l’égard de l’institution présidentielle qui, désormais, devra être déconnectée de toute consultation électorale directe. Jusqu’à la mise en place de la Ve République en 1958-1962, aucun Président de la République ne sera donc élu au suffrage universel, par crainte de voir ressurgir un Bonaparte renversant la République.

Relire Marx aujourd’hui, c’est découvrir un minutieux décorticage des traditions politiques françaises. Regard en apparence très daté, mais qui en réalité renvoie à une réalité bien contemporaine : l’omniprésence du présidentialisme – dérivé donc de la tradition bonapartiste – dans la vie politique française.

 

Marx, Karl, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Les éditions sociales, 1984.

Extraits:

 

 

 

Pour citer cet article :
Jean-Numa Ducange, « À propose du “18 Brumaire de Louis Bonaparte” de Karl Marx», Silomag, n° 1, 2 mars 2017. URL : http://silogora.org/le-18-brumaire-de-louis-bonaparte-de-karl-marx/

Réagir

Si vous souhaitez réagir à cet article, le critiquer, le compléter, l’illustrer ou encore y ajouter des notes de lecture, vous pouvez proposer une contribution au comité de rédaction. Pour cela, vous pouvez créer votre compte en cliquant ici et y publier votre texte ou l’envoyer à cette adresse : contribution@silogora.org

© 2017 SILO Mentions légales

Réalisation Studio Chispa

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account