Lecture en cours
Entendons les alertes des universitaires!

Entendons les alertes des universitaires!Temps de lecture : 3 minutes

Les tribunes d’universitaires se multiplient pour alerter sur la situation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils protestent contre le fait que les universités soient restées fermées alors même que l’ensemble des établissements d’enseignement avaient rouvert. Ils soulignent avec force l’impératif d’une rentrée universitaire permettant à tous les étudiants d’assister à leurs cours en présentiel tout en respectant les précautions sanitaires. Ils avancent des propositions visant à mobiliser les moyens indispensables pour que cela soit possible. Loin de ne concerner que le monde universitaire, cette question constitue un enjeu de société primordial. La lutte qui s’engage mérite un soutien massif. C’est le devenir de l’Université et de la recherche qui est en cause.
Nous mettons ici des extraits de quelques tribunes et des liens pour les lire dans leur intégralité.

Universités: contre un enseignement «100 % à distance»

Tribune d’un collectif d’universitaires publiée dans Libération le 19 mai 2020.

[…] Nous proclamons notre hostilité foncière à une telle généralisation de l’enseignement à distance et ce pour plusieurs raisons. La première est d’ordre pédagogique : seule une personne n’ayant jamais enseigné peut soutenir que la distance est préférable à la présence, y compris dans des amphithéâtres contenant plusieurs centaines d’étudiants. La transmission du savoir passe par une interaction avec son auditoire : des tournures de phrase, des inflexions de la voix, des mimiques, des plaisanteries ou des provocations, des divagations font partie intégrante de l’enseignement. L’enseignant doit pouvoir échanger avec le public qui lui fait face. Pour le dire trivialement, il doit «se passer quelque chose» en amphithéâtre (au «théâtre») ou en salle de classe et, soyons-en certains, il se passe quelque chose. Le recours au numérique est donc un complément très utile, mais il ne sera jamais qu’un complément.

La seconde raison tient à l’égalité entre les étudiants. Bien sûr, tous n’assistent pas aux cours magistraux (à l’université, seuls les travaux dirigés sont obligatoires) mais tous ont la possibilité et le droit d’y assister. On le constate en ce moment, alors que nous organisons les examens pour l’essentiel à distance : une part non négligeable d’étudiants sont victimes de ce qu’on appelle la «fracture numérique». Soit ils ne disposent pas de matériel informatique, soit ils n’ont pas de connexion internet fiable : ces étudiants, les plus démunis souvent, sont donc condamnés à la mort universitaire. […]

 

Lire l’intégralité de la tribune sur le site de Libération.

 

«Imaginer une université à distance, c’est renoncer à sa fonction sociale»

Tribune au nom de la commission permanente du Conseil national des universités publiée dans Le Monde le 18 juin 2020

L’université est d’abord un collectif qui s’incarne dans un lieu, physique. L’étudiant y fait ses premiers vrais choix de formation. L’université tisse les liens entre les étudiants d’aujourd’hui, les professionnels et amis de demain. Rien de tout cela ne surgira d’un auditoire « confiné » totalement ou partiellement. […]

Le temps des études supérieures participe à la consolidation du statut de citoyen au sein de nos sociétés complexes. La confrontation d’opinions entre condisciples est souvent la base de l’affirmation des personnalités de ces acteurs de la société de demain.

[…] Le dialogue direct est coextensif du développement de l’activité de recherche. Il n’est nullement question de remettre en cause des décisions nécessaires lorsque surgit le danger sanitaire. Mais le distanciel, sous toutes ses formes, doit demeurer l’exception et ne peut l’emporter sur le principe du présentiel sur le seul fondement du risque. Pourquoi le principe de précaution s’appliquerait-il plus ici que dans les commerces et les transports ?

Ainsi, de l’activité de chercheur à celle d’enseignant, de la construction de la connaissance à sa transmission, le travail des enseignants-chercheurs est intrinsèquement lié au dialogue direct. Les rencontres fortuites, les interpellations inattendues ou impromptues, la dispute parfois, ne sont pas accessoires, elles sont l’essence même de l’activité universitaire. […]

Lire l’intégralité de la tribune sur le site du Monde.

 

«Nous voulons une université enfin rouverte et vivante !»,

Tribune signée par plus de 700 universitaires publiée dans Le Monde le 22 juin 2020.

[…] Selon l’évolution de la situation sanitaire, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, envisage des mesures très strictes pour la rentrée des universités. L’enseignement à distance ou en « présentiel hybride » nous serait imposé : il faudrait diviser par quatre les cohortes accueillies dans les amphis et par deux dans les travaux dirigés.

Nous ne pouvons nous résigner à recevoir les étudiants dans ces conditions pédagogiques, où les interactions avec leurs enseignants seraient possibles seulement une semaine par mois pour les grandes cohortes. Ces propositions d’aménagement correspondent à une dégradation majeure des conditions d’études – mais aussi des conditions de travail des enseignants et enseignants-chercheurs. » […]

Lire l’intégralité de la tribune sur le site du Monde.

Réagir

Si vous souhaitez réagir à cet article, le critiquer, le compléter, l’illustrer ou encore y ajouter des notes de lecture, vous pouvez proposer une contribution au comité de rédaction. Pour cela, vous pouvez envoyer votre texte à cette adresse : contact@silogora.org

AGORA DES PENSÉES CRITIQUES
Une collaboration
Mentions légales Crédits
Retourner en haut