Focus

Du lien de couple au lien de souffrance dans la Maladie d’Alzheimer

Par Rosa Caron. La maladie d’Alzheimer bouleverse le malade, dans toutes les dimensions de sa vie, affective, cognitive et sociale. En retour, elle représente une souffrance pour ses proches. Dans cette épreuve, les conjoints-aidants jouent, souvent jusqu’à épuisement, un rôle crucial dans le dispositif de soins et d’accompagnement. S’appuyant sur ses recherches, Rosa Caron interroge ici la complexité et la transformation du lien qui l’unit au malade. L’amour, la relation de couple préexistante et les affects qui l’animent en constituent des ressorts essentiels et sont d’une importance inestimable.

Des moyens pour les EHPAD et les services de soins à domicile, une urgence sociale!

Par Malika Belarbi. Financement insuffisant, pénurie de personnel, précarisation des emplois, salaires de misère, temps de travail morcelé, non-reconnaissance des qualifications, accidents de travail et maladies professionnelles en augmentation, sentiment d’être « des robots de soins », usagers moins bien traités…, la situation des personnels et des établissements en charge de nos ainés est désastreuse. Malika Belarbi nous propose un état des lieux et présente les diverses revendications des personnels en lutte pour améliorer leurs conditions de travail et permettre, ainsi, une prise en charge digne des personnes âgées.

Aidants familiaux: le travail et donc l’entreprise comme vecteur de progrès social

Par Matthieu Trubert. Face aux difficultés rencontrées par les aidants familiaux, il est primordial de développer des dispositifs de soutien et d’accompagnement. Dans cette démarche, les entreprises pourraient jouer un rôle particulièrement important en acceptant de négocier des accords visant à proposer un mieux à l’existant. Après avoir rappelé les limites des possibilités actuelles prévues par le Code du travail, Matthieu Trubert esquisse les contours de ce que pourrait être une conception large et protectrice du « proche accompagnant » en adéquation avec les besoins de nos sociétés.

Histoire et devenir du Grand Paris

Silo a sélectionné deux vidéos et une série documentaire radiophonique qui présentent l’histoire du Grand Paris comme les grands enjeux en cours et à venir. Il est notamment question des projets d’aménagement en termes d’urbanisme, de logements et de transports, des problématiques liées à la gouvernance à cette échelle territoriale ou encore à l’avenir des quartiers populaires.

Un enjeu majeur: corriger durablement les déséquilibres territoriaux

Jean-Charles Nègre évoque les enjeux complexes et contradictoires auxquels la métropole du Grand Paris doit faire face : comment réduire les inégalités sociales et spatiales alors que l’injonction de compétitivité est au centre des politiques menées jusque-là ? La question démocratique, posée avec la refonte annoncée de l’organisation institutionnelle du Grand Paris, est également primordiale. Il souligne les faiblesses d’une construction institutionnelle qui ne bénéficie pas des moyens à la hauteur des enjeux. Il nous présente les priorités et les défis auxquels la métropole du Grand Paris doit répondre et insiste sur la question centrale du rééquilibrage est-ouest.

La Métropole Silencieuse

Par Gaétan Brunet et Antoine Espinasseau. Dans les franges de la métropole, toujours perçues comme les frontières d’une ville qui en s’étendant perd de sa substance, règne une atmosphère différente des parties les plus constituées de la ville. Tellement différente qu’on doute à croire que c’est de ville qu’il s’agit. C’est pourtant dans ce territoire, situé variablement entre les centres historiques franciliens et son hinterland rural, que la métropole silencieuse se dessine. Gaétan Brunet et Antoine Espinasseau nous racontent comment la grande banlieue, qui allie les avantages de la ville et de la campagne, invente et réinvente en permanence sa propre manière d’exister.

Le sport et le Grand Paris

Par Nicolas Bonnet Oulaldj. Outil d’émancipation et de création de lien social, le sport devrait être au cœur du développement de la Métropole du Grand Paris. Mais il est, à ce jour, largement absent de la réflexion. Les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 offrent pourtant une opportunité exceptionnelle de déploiement de politiques sportives à cette échelle territoriale. La réduction des inégalités dans la répartition des équipements sportifs sur le territoire du Grand Paris, la réhabilitation ou la restructuration d’équipements vieillissants comme la création d’équipements au plus près des zones d’emplois, constituent autant de pistes avancées par Nicolas Bonnet pour faciliter la pratique du sport pour toutes et tous.

La Seine n’est pas à vendre!

Cette tribune, publiée dans Libération le 6 février 2018 et signée par un collectif de personnalités du monde de l’architecture, revient sur la tendance à la marchandisation des espaces publics des villes et invite à débattre publiquement de l’histoire de la Seine face au fait métropolitain.

Les non-salariés et la Sécurité sociale: le défi de l’égalité

Par Coralie Larrazet. Les inégalités persistantes entre les régimes de protection des travailleurs menacent la solidarité qui fonde la sécurité sociale et qui implique de cotiser selon ses ressources et de recevoir selon ses besoins, quel que soit le statut sous lequel est exercé le travail. Pour tendre vers l’unité, objectif initial des fondateurs de la Sécurité sociale, il faut interroger les différentes situations de travail et la manière de les traiter, afin d’apporter des prestations sociales de nature équivalente à tous les travailleurs, sans nier la spécificité de leurs besoins sociaux. Éléments d’analyse.

Qui doit prendre en charge nos vieux? Une autre histoire de la protection sociale

Par Christophe Capuano. Présentée comme une problématique contemporaine, la question de la perte d’autonomie est en réalité l’objet d’intenses débats dès la IIIe République. Du choix de recourir à l’assistance aux échecs répétés de l’instauration d’un nouveau « risque » et/ou une nouvelle branche de la sécurité sociale, les réponses apportées n’ont pas été, et ne sont pas, à la hauteur des besoins. Christophe Capuano revient sur cette histoire et sur les raisons de ces échecs. Il nous invite à faire le choix de société de la solidarité publique assurantielle pour construire une réponse progressiste au « risque » de la dépendance.