Vues d’ailleurs

La Suisse, foyer de la démocratie directe

Par Antoine Chollet. De l’initiative populaire au référendum constitutionnel en passant par le droit de veto, les mécanismes de démocratie directe sont particulièrement développés en Suisse. Antoine Chollet nous présente la palette de référendums existants dans ce pays où ont lieu plus de la moitié des référendums initiés dans le monde par les citoyens. Après avoir déconstruit les attaques venant de tous les bords politiques, il nous invite à remédier aux problèmes que peut poser l’usage des mécanismes référendaires en les pensant comme de véritables moyens de démocratiser la démocratie.

De la dépossession ouvrière à l’autogestion: les entreprises récupérées par leurs travailleurs en Argentine

Par Sylvain Pablo Rotelli. L’Argentine connait un important mouvement de récupération d’entreprises par les travailleurs. Initié dans les années 1990, celui-ci connait une forte croissance après la crise de 2001 au point de voir émerger des organisations politiques de représentation de ces entreprises. Sylvain Pablo Rotelli revient sur le contexte, les raisons et les évolutions de ce mouvement ainsi que sur les luttes qui l’entourent. Il nous explique en quoi il a permis une appropriation directe du pouvoir par les travailleurs.

Le système des comptes notionnels suédois: un modèle pour les socio-démocrates et les libéraux

Par Sylvie Durand. S’il s’agit bien d’un régime de retraite par répartition, le système des comptes notionnels suédois fonctionne à « cotisations définies » et non plus à « prestations définies ». La différence est de taille puisque cela signifie que, le taux des cotisations sur salaire étant fixé une fois pour toutes, les droits à retraite peuvent être automatiquement et uniformément réduits pour rétablir l’équilibre financier du régime. Sylvie Durand nous explique le fonctionnement de ce système plébiscité par le Medef et les gouvernements européens et nous alerte sur les conséquences régressives qu’il a entrainées en Suède.

Réforme des retraites: l’exemple norvégien

Par Roy Pedersen. Ce sont aujourd’hui les réformes du système de retraite dans les pays scandinaves – longtemps présentés comme le modèle d’État social – qui deviennent la référence : réajustement à l’espérance de vie, incitation à travailler plus longtemps, inégalités accrues, dépendance au secteur financier et aux assurances privées : les salariés scandinaves sont confrontés aux logiques libérales. Roy Pedersen nous explique le sens des réformes adoptées ces dernières années.

Afrique: la vieillesse est l’avenir de la jeunesse

Par Félix Atchadé. L’Afrique, au plan démographique, est caractérisée par une forte croissance et sa jeunesse. Cela résulte de la baisse de la mortalité et de l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance. Ces phénomènes ont pour conséquence la croissance du nombre de personnes de plus de 60 ans. Félix Atchadé revient sur les besoins spécifiques de cette frange de la population auxquels seront confrontés les systèmes de santé et de protection sociale dans les années et décennies à venir.

La place des anciens dans la société sénégalaise

Par Khadidiatou Konaré Dembélé. Dans les sociétés traditionnelles fortement hiérarchisées et ritualisées, vieillir octroie un statut et une place particulière dans la communauté. Les anciens sont les compagnons privilégiés des rois, les détenteurs de la tradition, des rites. Khadidiatou Konaré Dembélé analyse cette place des anciens dans la société sénégalaise et s’interroge sur ce qu’il en reste aujourd’hui après l’« ouragan » de la modernisation et de la mondialisation, qui n’a pas épargné l’Afrique.

Finlande: l’école de demain?

Par Luc Leguérinel. En tête des enquêtes PISA et souvent envié, le système éducatif finlandais est pourtant loin d’être exempt de toute critique. À l’avant-garde de l’idéal éducatif mondial prôné par l’OCDE visant à établir un monde d’auto-entrepreneurs et de consommateurs, il privilégie le savoir immédiat et utilitaire greffé au plaisir et au bien-être au détriment d’un enseignement plus exigeant et ambitieux permettant l’accès à la pensée à travers des œuvres scientifiques, artistiques ou littéraires. De leur côté, les universités ont, depuis 2010, acquis une autonomie totale les obligeant à se tourner vers les entreprises privées pour obtenir des fonds, et à s’inspirer du monde des affaires pour transformer leur mode de gestion. Luc Leguérinel analyse les limites et les dangers de ce modèle néolibéral d’école et d’enseignement supérieur.

L’Angleterre: un pays en pointe dans l’instauration d’un managérialisme autoritaire

Extrait de l’ouvrage « L’école en Europe. Politiques néolibérales et résistances collectives ». L’intensité avec laquelle l’échec de l’enseignement a été ressenti en Angleterre est l’une des raisons qui explique la transformation générale et particulièrement rapide de son système scolaire à partir des années 1980. Cette transformation est notamment passée par la mise en place d’un pouvoir managérial fort et autoritaire. Du pouvoir de déterminer le nombre d’enseignants comme de les contrôler et de les administrer à celui de décider des dépenses en passant par la possibilité de transformer l’établissement scolaire en unité commerciale, les pouvoirs des chefs d’établissement sont sans commune mesure avec ce qui existe dans les autres pays européens même si la tendance y est la même. Ainsi, l’Angleterre est pionnière dans la révolution éthique en cours.

L’Allemagne: le changement néolibéral par les projets pilotes

Extrait de l’ouvrage, L’école en Europe. Politique néolibérales et résistances collectives. Le cadre institutionnel du système éducatif allemand est en pleine transformation. Semi-autonomie des écoles, compétition, évaluation, compétences-clés, structures modulaires et rapprochement des écoles et de l’économie constituent les caractéristiques principales de ces transformations censées « libérer » l’innovation et la créativité. Calquées sur les paradigmes des politiques internationales, ces réformes présentent une forte cohésion idéologique même si elles n’ont pas été présentées comme un ensemble à mettre en place d’un coup. D’un changement progressif par des « projets pilotes », elles ont depuis 2002 acquis une dimension politique s’appliquant à tous les Länder favorisant ainsi la mutation néolibérale de ce système éducatif.

Cinq ans après les annonces de réformes, où en est le système éducatif sénégalais?

Par Dr Oumar Dia. À la suite des deux concertations sectorielles tenues en 2013 dont les objectifs déclarés étaient de diagnostiquer le système éducatif sénégalais et de proposer des solutions de sortie de crise, les annonces gouvernementales laissaient croire à une volonté politique de changer la donne par un investissement massif dans l’école, l’enseignement supérieur et la recherche. Cinq ans plus tard, les grèves récurrentes, les faibles taux de réussite aux examens, les mauvaises conditions de travail des enseignants mettent profondément en doute les engagements présidentiels.