Marchandisation de la nature

Luc Foulquier
Ingénieur Chercheur en écotoxicologie

Les contradictions capital-travail et capital-nature s’autoalimentent ,et les ignorer c’est se rendre impuissant à répondre aux défis de ce que l’on nomme la transition écologique, et à les planifier. Luc Foulquier fait ici retour sur l’histoire en revisitant le concept de “nature, et dresse un tableau-vaste et cependant non exhaustif-des enjeux contemporains qui intéressent la question environnementale. L’objectif est de donner quelques informations afin de favoriser les discussions et les rencontres thématiques.

On est frappé par le nombre de livres et d’articles parus ces dernières années à propos de la marchandisation de la nature (voir la bibliographie). Au centre de tout se trouve la conception que l’on a des rapports homme -nature. C’est l’actualité quotidienne.

Les paysans chassés de leur terre, la location des terres cultivables, la question des herbicides et des OGM en Europe, les normes, les accords commerciaux Europe – Canada (CETA) et le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA), l’exploitation des ressources fossile, la lutte contre les dégâts du changement climatique, la bataille contre l’agrobusiness en France, la drogue, la discussion parlementaire sur la loi relative à la biodiversité… Le capital accentue sa vision essentiellement économique de la nature comme de l’être humain.

Cette crise conduit le pape François à déclarer qu’au centre de l’économie mondiale, « Il y a une guerre pour l’argent, il y a une guerre pour les ressources de la nature, il y a une guerre pour la domination des peuples… » (Déclaration du pape François à son retour des journées mondiales de la jeunesse, 1er août 2016)

La difficulté réside dans les multiples interrelations entre le social, l’écologique et le politique et dans la complexité des écosystèmes.

1. Comment poser le problème ?

  • Travail et nature

Le travail est un processus de transformation de la nature par l’outil et le langage. Il est en relation directe avec les ressources naturelles. Des objets, la science et la technologie sont utilisés par les hommes pour répondre à leurs besoins. On est dans une contradiction car il faut régler rationnellement les échanges avec la nature dans un système qui exploite et aliène. L’homme provient et dépend de la nature mais l’’exploitation capitaliste rend difficile la gestion rationnelle des échanges entre l’homme et la terre.

L’histoire de la nature s’écrit avec celle des hommes. De bons rapports avec elle impliquent de maitriser en conscience et en pratique le processus de production. L’impact des activités humaines sur la nature prend une telle ampleur qu’il correspondrait à une nouvelle ère géologique que certains appellent l’anthropocène qui vise à marquer le fait que l’humanité serait devenue une « force géologique  prépondérante » sur les évolutions de la planète.

Marx définissait le travail comme « la condition générale du métabolisme entre l’homme et la nature ». « Le travail est d’abord un échange qui se passe entre l’homme et la nature, dans lequel il règle et contrôle la médiation de sa propre action ». C’est en ce sens qu’il accuse le capitalisme d’épuiser les richesses naturelles. Au milieu des dégradations écologiques, le système accumule des profits.

  • S’entendre sur le sens de nature

Ce concept a été forgé dès le 17ème siècle en Europe. Loin de constituer une nature objective qui peut être dominée par l’homme, l’environnement s’avère aussi indispensable à ce dernier qu’il est configuré par lui. Il ne saurait être réduit à une nature dont l’homme pourrait utiliser les ressources pour un profit individuel devenu profit principalement matériel et financier. C’est le principe du productivisme et du profit financier fondant l’économie capitaliste. Ni l’homme, ni son environnement ne peuvent être envisagés en termes de ressources à exploiter.

Les « bénéfices » venant de la nature sont confisqués et les directions des ressources humaines (DRH) organisent l’exploitation.

Le débat sur le sens de nature imprègne la manière dont l’homme construit et utilise son environnement. Au début, il reflète l’idée d’harmonie car la loi naturelle régit tout quatre siècles avant Jésus Christ. Puis, la nature devient hostile (La bible) avec une faille entre l’humain et le reste du vivant. Il s’agit ensuite de dominer la nature (Bacon 1620; Descartes 1637), suivi par le sentiment de filiation et l’évolution des espèces (Darwin 1859). En 1866, l’écologie scientifique puis ses développements marquent le politique au sens de protection de la nature (Rachel Carson 1962). Ça produit l’émergence de la notion de biodiversité. Mais les dégâts de l’humain conduisent à se concentrer sur les bénéfices économiquement quantifiables. L’instrumentalisation de la nature sous la poussée idéologique du libéralisme conduit à la notion de services écosystémiques qui correspond à un besoin d’évaluer les bénéfices tirés des écosystèmes.

La défense de la nature ne saurait verser dans une religion de la nature. Il n’y a pas de dissociation entre nature et culture à cause des liens permanents qui montrent qu’il est rare de pouvoir distinguer la sphère des phénomènes naturels et celui des pratiques sociales.

Il faut donner un sens aux termes environnement, milieu, cadre de vie, écologie scientifique, écologie politique. La terminologie est au cœur d’une bataille idéologique comme en témoignent les expressions « développement durable ? soutenable ? » ou « économie, croissance verte » ? La loi du 10 juillet 1976 est relative à « la protection de la nature » et on parle maintenant de la loi « de reconquête de la biodiversité ». La deuxième formulation vise à évaluer et monétariser.

  • Le capital domine de manière prédatrice les ressources en se battant pour les approprier.

Les conflits pour le pétrole, le gaz, les métaux et minerais, les terres rares, les prises de contrôle du vivant (forêts, pêcheries), les terres agricoles se multiplient. L’appropriation du vivant, la propriété intellectuelle des inventions sont les marques les plus significatives de cette course à la finance.

Cette notion de ressources est assez subjective. Il faut la distinguer de celle de réserve qui, elle, se soumet plus facilement à des critères d’évaluation. Mais comment confronter les chiffres avec les besoins ? On oppose le plus souvent ce qui est épuisable et ce qui est renouvelable On exploiterait les premières et on gérerait les stocks des deuxièmes. Mais faudrait-il vivre sur le seul renouvelable ? Pourrait-on dans ces conditions faire face à des besoins essentiels de 9 milliards d’habitants en 2050 ?

La ressource est une catégorie au travers de laquelle un certain rapport à la nature s’est élaboré qui caractérise justement le modèle de développement « occidental ». Où sont les richesses de la terre ? En cultivant la nature, on la transforme en ressources. Mais cette nature mal gérée a conduit des économistes à la prendre en compte d’un point de vue financier et n’articule pas les savoirs, les droits et les pouvoirs qui permettent de gérer et partager les ressources.

2. La marchandisation de la nature.

L’environnement est un bien dont on prend conscience et qui pousse à des évaluations, à des prospectives (quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?), à l’analyse des moyens qu’on développe pour la mise en œuvre d’une politique (Implémentation). La réponse pour certains réside dans la privatisation et la création de marchés.

  • Valeur et marchandise.

Ça remonte à Aristote : une chaussure peut être portée ou échangée. La valeur d’usage est un rapport quantitatif qui, par le biais de la monnaie, rend interchangeables les valeurs d’usage (utilité). Du point de vue de leur usage, les marchandises correspondent fondamentalement à des moyens de subsistance. C’est la substitution de la valeur d’échange (le prix) à la valeur d’usage et l’exploitation du travail qui permettent l‘accumulation capitaliste. Dans ces notions très importantes dans l’analyse du travail lui-même, Marx avait bien entrevu les limites du développement des forces productives, car le système épuise et la terre et les travailleurs.

Les économistes libéraux attribuent à la nature une valeur économique intrinsèque, ce qui revient à marchandiser l’environnement comme une nature soumise à la valeur d’échange. En donnant des « droits » à la nature, on ignore les interconnexions liées au type de rapport homme – nature. Si la nature est du capital, il faut alors créer des prix pour construire un marché, donc des marchandises et une concurrence. On fait fonctionner comme marchandises les biens environnementaux. Il faut cependant distinguer l’évaluation des coûts qui peut être utile et la mise en place d’un marché où les prix sont fonction du profit. Cette marchandisation est au cœur de la crise écologique. Le principe « pollueur – payeur » en fait partie, comme le prix du CO2 et même de la vie humaine. Si on peut payer, alors on peut polluer ! Au lieu de prévenir, on s’adapte (cas du climat) et on se lance dans des analyses coûts – avantages où tout est monétarisé.

La financiarisation est la marchandisation des titres de créance et de propriété (valeur des actions) qui transfère à l’État des externalités sociales et environnementales.

Avec la monétarisation, on est arrivé à un résultat où tout est appréhendé en terme monétaire.

Il ne faut pas confondre la valeur (importance) des arbres pour contrôler l’érosion, la valeur socio-culturelle d’un bien-être moral et physique et la valeur économique et monétaire traitée indépendamment des deux autres. La notion de valeur économique totale s’est imposée comme cadre d’étude de la valeur utilitaire des écosystèmes. On distingue souvent la valeur d’usage directe (extraction, ressources, consommation), celle indirecte (prévention, épuration), la valeur d’option (entretien et préservation) et des valeurs de non usage comme l’existence des espèces, ce qu’on transmet aux générations futures. Le tout serait notre capital naturel. On voit bien qu’on pousse à une évaluation monétaire de ce capital pour en récolter des revenus. Bref, il faut permettre à l’accumulation du capital de se poursuivre malgré les destructions écologiques et les gaspillages. Ce « capital naturel » est fait de fonctions et de relations. Le vivant ne peut se décomposer en pièces détachées à valoriser ! Avec cette façon de penser, on favorise la bio-piraterie et la brevétisation généralisée du vivant. Cette gestion des services est l’expression de la marchandisation et de la financiarisation de la société.

  • Les services écosystèmiques.

En 1992, à Rio, la convention sur la diversité biologique visait à la conserver, à l’utiliser durablement et à partager de manière juste et équitable les avantages découlant de l’exploitation des ressources. Mais la destruction d’écosystèmes et la perte de biodiversité sont des faits qui mettent en cause le développement durable. On passe alors à l’économie verte. La biodiversité est pensée en termes de service écosystémique (voir le Millénium ecosystem assessment des Nations Unies, 2005). C’est le nouveau modèle dominant de la marchandisation.

On distingue les services de régulation (photosynthèse, formation des sols), d’approvisionnement (eau, bois, nourriture) et culturels (esthétique, récréation). Mais on est en pleine contraction car il y a des « di-services » (virus, moustiques) et la valeur des entités naturelles ne relève pas que de son utilité pour nous.

Cette « économie écologique » intéresse les banquiers. On fait tout payer et on estime les coûts pour essayer de substituer un service écosystémique par un artifice technique. On organise même des marchés pour payer des compensations ou protéger un aspect de biodiversité. La conservation de la nature fonctionne avec des logiques marchandes (le « greenwhashing » en est un exemple) par le paiement des services et le développement des banques de compensation pour réduire les impacts sur le milieu.

Le système capitaliste transforme les biens et les services en objet de valeur quantifiable et échangeable via des mécanismes de marché. Mais, dans le cas des services écosystèmiques, il y a des « difficultés » : comment délimiter l’échange ? Qui est le propriétaire du bien ? Comment subsister des services avec d’autres de valeur équivalente ?

3. Les outils pour préserver l’environnement.

Cette marchandisation de la nature ne fait qu’accentuer les injustices, les inégalités et les destructions. Aucun développement humain durable n’est en perspective avec cette logique.

Nous constatons que la domination du capital le conduit à marchandiser la nature. C’est une privatisation et une exploitation qui provoquent une crise écologique qui elle-même est un élément de crise générale d’un système.

L’un des éléments central de la réponse réside dans la notion de biens communs : l’énergie, l’eau et l’assainissement, les transports, le logement… devraient être un service public. L’accès à ces sources de développement est le garant de cohésion sociale et d’avenir durable. Pourtant, 37% des êtres humains n’ont pas d’assainissement et 11% n’ont pas d’eau potable. On est loin de l’objectif 7 du millénaire pour le développement adopté par l’ONU en 2000 ! La connaissance est un bien commun premier. Elle rentre elle aussi dans un processus de marchandisation.

Le chantier de l’humanité c’est le monde de l’être humain. En même temps nous faisons partie du monde naturel. Voilà les deux en communs fondamentaux qui sont liés. C’est le défi pour un développement humain durable en considérant les ressources (l’atmosphère, les sols, la biodiversité, les minéraux et gisements,..) comme des biens communs de l’humanité. Il s’agit de donner une traduction concrète à ce que désignent les expressions comme « le patrimoine commun de l’humanité » ou « les biens naturels communs », et de donner consistance à la notion d’appropriation sociale des biens publics et de gestions des ressources naturelles. Car l’impact anthropique sur l’environnement entraine des « en communs » comme les pollutions, l’effet de serre et les gâchis. Tout cela conduit à repenser le concept de travail et à préciser la manière dont les hommes et les femmes produisent leur existence dans le rapport à la nature

Il nous reste également à voir comment faire autrement pour répondre aux besoins pour réussir une véritable « révolution » écologique.

Cela passe par une critique sévère du productivisme à ne pas confondre avec la décroissance, par une lutte contre les projets CETA et TAFTA et par une analyse des conséquences de toutes les formes « d’économie verte » comme le témoignent les méfaits de la loi de transition énergétique et de croissance verte qui vise à déréglementer, privatiser et marchandiser l’énergie.

Pour le système capitaliste, la croissance verte est une façon de rationaliser le développement durable. Il transforme la nature en champ de bataille. Comme en témoignent les inégalités environnementales, la militarisation de l’écologie sous forme d’intégration des questions écologiques dans les stratégies militaires, la finance environnementale (assurances, sites financiers des risques, « cat-bond », bio-banques, etc).

La contradiction capital – travail et capital – nature s’autoalimentent. Il est indispensable de connaitre, d’analyser, de mettre en commun toutes les propositions susceptibles de faire radicalement autrement. Qu’elles viennent du combat politique, syndical ou des associations et des scientifiques. Il faut résoudre ces problèmes pour répondre aux défis de la « transition » écologique et la planifier.

 

Mots clés

Appropriation, biodiversité, capital, capital-nature, capital-travail, contradictions, communs, crise écologique, développement durable, travail, financiarisation, homme-nature, marchandisation, marché, monétariser, planifier, pollueur-payeur, privatisation, service écosystémique, valeur d’usage, valeur d’échange, Aristote, Bacon, Descartes, Darwin, Rachel Carson.

 

REFERENCES

Marchandisation de la nature :

Exploitation et captation des ressources, crise écologique globale (arrêté le 24 08 2016)

ARTICLES à partir de 2010

 

Deleage Jean-Paul. « Conflits pour les ressources dans la mondialisation ».

La pensée. n°363. Juillet-septembre 2010. p. 19-32

Besnier Jean-Michel. « Le mythe du grand partage entre nature et artifice ». In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ».

Fayard. 2010. 480 pages

Drouin Jean-Marc. « Les candolles et Darwin : écologie avant la lettre » p. 66-87. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux orig.es de l’environnement ».

Fayard. 2010. 480 pages

Descola Philippe. « L’impossible dissociation entre nature et culture ». p. 207-219. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ».

Fayard. 2010. 480 pages.

Barbault Robert. « La biodiversité : un concept et des enjeux ». p. 111-127. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ».

Fayard 2010. 480 pages.

De Groot Rudolf. « Mère nature : les services que les écosystèmes naturels rendent à la nature ». p. 164-181. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ». Fayard 2010. 480 pages.
Convert Denis. « Les indicateurs : des outils pour mieux percevoir la biodiversité ». p. 328-339. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ». Fayard 2010. 480 pages.
Morin Edgar. «Pour entrer dans l’an 1 de l’ère écologique ». p. 69-75. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ».

Fayard 2010. 480 pages.

Aranson James, Blignaut James N. « La restauration du capital naturel : un outil clé dans la quête d’un futur durable ». p. 376-384. In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ». Fayard 2010. 480 pages
Weber Jacques. « Définition de l’environnement ; Le marché peut-il sauver la biodiversité qu’il détruit ? ». In Pierre-Henri Gouyon, Hélène Leriche  « Aux origines de l’environnement ». Fayard 2010. 480 pages.
Euzen Agate. Eymard Laurence. Gail Françoise. « Le développement durable à découvert ». CNRS – éditions 2013.
Dominique Dron « Origine du développement durable » p. 24-25.   In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Villalba Bruno. « La dimension politique refoulée du développement durable ». p 26-27. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Négrutiu Ivan. Salles Jean-Michel « Les ressources : le capital naturel évanescent et le défi démographique ». p. 38-39. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013
Bretagnolle Vincent. « Conflits autour des ressources naturelles et territoire rural ». p. 130-131. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Schmitt Bertrand. « L’accès aux terres fertiles : un enjeu pour l’alimentation mondiale » p. 132-133. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Euzen Agathe. « L’accès aux services essentiels ». p. 144-145. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Ingold Alice. « Partage des ressources ». p. 146-147. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Cury Philippe. « La pêche dans les océans est-elle durable ? ». p. 148-149. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Grifo Patricia. « Quelle économie verte ? ». p. 184-185. In« Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013
Bœuf Gilles. « Une nouvelle approche pour les sciences : la participation des citoyens ». p. 276-277. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Savorel Sandra. « Les enjeux de la quantification des services écosystèmiques » p. 288-289 In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.

 

Tubiana Laurence « Qu’est-ce qu’une croissance durable » p. 318-319. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013».
Ekeland Ivar. « Nouvelles modélisations économiques ». p. 320-321. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Foyer Jean. «  Société civile mondiale et gouvernance internationale du développement durable ». p. 322-323. In « Le développement durable à découvert ». CNRS éditions 2013.
Boccara Frédéric. « Économie et écologie : où en est-on ? ». La Pensée n° 363. Juillet-septembre 2010. p. 53-69.
Boccara Frédéric. « Économie et écologie : pour une vraie alternative ». La Pensée. n°365. Janvier-mars 2011. p. 7-62.
Harribey Jean-Marie. « Sur la valeur économique des services rendus par la nature ». In G. Aram, G. Bonnevil. Maxime Combes. « La nature n’a pas de prix ». Edition Les Liens qui Libèrent. ATTAC 2012. P. 145-151.
Duterme Bernard. « Économie verte : marchandiser la planète pour la sauver ». In Alternatives Sud Syllepse. Vol. 20.1 – 2018. 187 pages. p. 7-20
Khor Martin. « Les risques du concept d’économie verte au regard du développement durable ». p. 23-84. In Alternatives Sud Syllepse. Vol. 20.1 – 2013. 187 pages. p. 7-20
Verzola Pio. Quintos Paul. « Économie verte : un bien ou un mal pour les pannes ? ». p. 85-108. In Alternative Sud Syllepse. Vol. 20.1 – 2018. 187 pages. p. 7-20
Lamber Edgardo. « L’économie verte. Le loup déguise en agneau ». p. 109-119. In Alternative Sud Syllepse. Vol. 20.1 – 2018. 187 pages.
Carassus Guy. « Pour un libre développement humain ». Séminaire Espace Marx. Ed. Septembre 2012. 67 pages.
Obadia Alain. « Environnement. Un enjeu de civilisation ». La Pensée. Juillet-septembre 2010. p. 33-42.
Harribey Jean-Marie. Lowy Michaël. « Marxisme et écologie : retour aux sources et rencontres . In Jean-Marie Harribey, Michel Lowy. « Capital contre nature » – 2003. p. 6-8.
Benton Ted. « Marxisme et limites naturelles. Critique et reconstruction écologique ». p 23-55. In Jean-Marie Harribey, Michel Lowy. « Capital contre nature » – 2003.
O’Connor James. « La seconde contradiction du capitalisme : causes et conséquences ». p 58-66. In Jean-Marie Harribey, Michel Lowy. « Capital contre nature » – 2003.
Chesnais François. Serfati Claude. « Les conditions physiques de la reproduction sociale ». p. 69-105. In Jean-Marie Harribey, Michel Lowy. « Capital contre nature » – 2003.
Jancovici Jean-Marc. « la croissance verte n’existe pas ». R.G.N. janvier-février 2016. n°1. p. 74-77.
Revue Écologie et Politique « Les mises en économie de l’environnement ». Écologie et politique n°52 – 2016.

6 articles de Dominique Pestre, Soraya Boudia, Valérie Boisvert, Morgan Robertson, Jean-Paul Gaudillère à ce sujet. P. 11-124.

 

 

 

 

 

LIVRES à partir de 2008

 

 

 

Foster John Bellamy. « Marx écologiste ». Ed. Amsterdam 2011. 133 pages
Gadrey Jean. Lalucq Aurore. Faut-il donner un prix à la nature ? ». Les Petits Matins éd. Institut Veblen 2015. 121 pages.
Azam G. Bonneuil C. Combes Maxime. « La nature n’a pas de prix. Les méprises de l’économie verte ». Ed. Les Liens qui libèrent. ATTAC 2012. 151 pages.
Maris Virginie. « Nature à vendre. Les limites des services écosystèmiques ». Ed. Quae. Sciences en question. 2014. 94 pages.
Keucheyan Razmig. « La nature est un champ de bataille ». Ed. La Découverte. Paris. 2014. 201 pages.
Perret Bernard. « Au-delà du marché. Les nouvelles voies de la démarchandisation ». Ed. Les Petits Matins. Institut Veblen. 2015. 96 pages.
Calame Claude. « Avenir de la planète et urgence climatique. Au-delà de l’opposition nature, culture ». Ed. Lignes. 2015. 127 pages.
Laurent Eloi, Le Cacheux Jacques. « Économie de l’environnement et économie écologique ». Ed. Armand Colin. 2015. 199 pages.
Charlionet Rolland. Foulquier Luc. « L’être humain et la nature, quelle écologie ? ». Ed. Fondation Gabriel Péri. 2013. 205 pages.
Fitoussi Jean-Paul. Laurent Eloi. « La nouvelle écologie politique. Économie et développement humain ». Seuil éd et la République des Idées. Septembre 2008. 117 pages.
Le Puill Gérard. « L’écologie peut encore sauver l’économie ». Pascal Galodé. L’Humanité. 2015. 313 pages.
Sindic Paul. « Urgences planétaires ». Le Temps des Cerises. 2010. 222 pages.
Gaxie Louise, Obadia Alain « Nous avons le choix ». Publication de la Fondation Gabriel Péri. 2013. 525 pages.
Jancovici Jean-Marc. « Dormez tranquilles jusqu’en 2100 et autres malentendus sur le climat et l’énergie ». Ed. Odile Jacob. 2015. 195 pages.

 

 

 

 

luc-foulquier2

Annexe

– Accumulation des savoirs : bibliographie

– L’(hisoire et la bataille des mots. Terminologie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Réagir

Si vous souhaitez réagir à cet article, le critiquer, le compléter, l’illustrer ou encore y ajouter des notes de lecture, vous pouvez proposer une contribution au comité de rédaction. Pour cela, vous pouvez créer votre compte en cliquant ici et y publier votre texte ou l’envoyer à cette adresse : contribution@silogora.org

© 2017 SILO Mentions légales

Réalisation Studio Chispa

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account