Stéphane Cadiou

Maitre de conférences en science politique à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne

3 Article publié | Suivre :

Les métropoles à l’agenda institutionnel

Inscrite dans l’ordre juridique national dans les années 2010, la catégorie de « métropole » n’est pourtant pas nouvelle. D’un outil d’aménagement du territoire, elle est devenue le symbole d’une politique de compétition territoriale et d’une croyance selon laquelle la croissance se joue dans les grandes villes. Dans cet esprit, il faudrait leur accorder des moyens adéquats pour rivaliser avec des territoires concurrents à l’échelle mondiale. Stéphane Cadiou revient sur la construction de cette catégorie de « métropole » et sur la complexité de son statut juridique ; complexité problématique tant les politiques publiques transférées sont importantes et touchent au quotidien des citoyens.

Métropoles et luttes sociales: une rencontre impossible?

Les métropoles forment une scène à la fois sans public et sans contrepoids sociaux au sein de laquelle les élites politiques et économiques peuvent cultiver l’entre-soi et mener des transactions à l’abri de tout contre-pouvoir. Stéphane Cadiou insiste ici sur la nécessité d’une appropriation citoyenne des enjeux métropolitains. Si les organisations sociales et syndicales arrivaient à structurer les contestations sociales de la métropolisation, elles pourraient peser durablement sur les rapports de pouvoir.

Vous avez dit «démocratie locale»?

Les collectivités locales n’échappent pas à la diffusion du présidentialisme qui participe d’une démocratie de délégation et pose des questions sur les déséquilibres de la démocratie locale.