Séance 5 – Education: entre montée des besoins et réformes néolibérales

Jeudi 16 septembre 2021
Avec le recul des différentes phases de la crise sanitaire, quelles sont les conséquences sociales et pédagogiques des réformes mises en œuvre et de celles qui ont été tentées dans l’enseignement supérieur, dans l’école et le périscolaire, pour les personnels, les parents et pour les élèves? Quels autres choix politiques seraient souhaitable?

Séance 4 – Le travail en temps de crise

Mardi 8 juin 2021
Conditions de travail, extension du télétravail, reconnaissance du travail, juste rémunération, plans de licenciements, expérimentations du «management»…, la crise du Covid-19 exacerbe des tensions présentes ou émergentes. Travailler comment, pour quoi, pour qui? Les réponses à cette interpellation posent, avec la force des urgences, un choix de société.

Séance 3 – Politiques macroéconomiques: une nouvelle donne?

Mardi 11 mai 2021
La pandémie a provoqué des décisions macroéconomiques contraires aux dogmes néolibéraux en vigueur. Pour autant, aucune inflexion n’est perceptible concernant les politiques d’austérité. Quelle est donc la nature des réorientations en cours? Quels sont leurs objectifs? Ont-elles des prolongements durables? Quelles sont les alternatives?

Séance 2 – Science et connaissance: l’épreuve du doute

Mardi 23 mars 2021
A travers la résistance à l’irrationalisme et la capacité à impliquer les citoyens dans le débat scientifique se joue la maitrise des processus de connaissance par le plus grand nombre, et les choix répondant à l’intérêt général.

Séance 1 – Le vaccin : marchandise versus bien commun?

Mardi 9 février 2021
Quand l’évidence du vaccin universellement disponible se heurte à la guerre commerciale, à l’appropriation privée des brevets, aux pressions des financiers, les contradictions de l’ordre actuel touchent au scandale. Le vaccin, marchandise ou bien commun ? Quelle société, quel monde voulons-nous ?

«Jacobins», «jacobinisme» ou les fausses évidences du passé révolutionnaire. Quelques considérations à l’usage d’aujourd’hui (II)

Assimiler le jacobinisme à une centralisation « coupable et inefficace » est devenu un lieu commun du débat politique français. Il est d’usage de l’opposer à une « bonne et vertueuse » décentralisation girondine. Or, le fond réel de l’affrontement de ces deux courants de républicanisme révolutionnaire s’est principalement construit autour de l’acceptation ou du refus du poids du mouvement populaire parisien dans la vie politique nationale, et non autour de l’acceptation ou du refus de Paris comme lieu unique de la fabrique de la loi commune de la République, nous rappelle Côme Simien. Il souligne que le jacobinisme est une structure de socialibilité politique d’une ampleur inédite pour l’époque.

«Jacobins», «jacobinisme» ou les fausses évidences du passé révolutionnaire. Quelques considérations à l’usage d’aujourd’hui (I)

Assimiler le jacobinisme à une centralisation « coupable et inefficace » est devenu un lieu commun du débat politique français. Il est d’usage de l’opposer à une « bonne et vertueuse » décentralisation girondine. Or, le fond réel de l’affrontement de ces deux courants de républicanisme révolutionnaire s’est principalement construit autour de l’acceptation ou du refus du poids du mouvement populaire parisien dans la vie politique nationale, et non autour de l’acceptation ou du refus de Paris comme lieu unique de la fabrique de la loi commune de la République, nous rappelle Côme Simien. Il souligne que le jacobinisme est une structure de socialibilité politique d’une ampleur inédite pour l’époque.

Changements dans le travail: prendre l’offensive

Convaincu qu’en rester à la défense du « monde d’hier » est illusoire, Jean-François Bolzinger revient sur les divers bouleversements qui impactent le travail afin de mettre en évidence les différents fronts sur lesquels nous devons combattre pour forger le monde de demain. Des inégalités notamment entre les sexes à l’encadrement nécessaire du télétravail en passant par l’aspiration à la socialisation dans l’entreprise ou encore la tendance à la division du salariat, le devenir du travail et de la société implique de prendre l’offensive.

Covid-19: l’urgence d’intégrer une perspective de genre dans l’analyse de la pandémie et de ses conséquences

Que ce soit dans le monde professionnel ou dans la vie privée, les femmes ont été les premières à subir les conséquences de la pandémie ; conséquences elles-mêmes amplifiées par les choix politiques effectués ces dernières décennies. Lilian Halls-French dresse un panorama de la situation à l’échelle mondiale et insiste sur l’importance de recourir à des analyses genrées de la crise pour pouvoir apporter des réponses adaptées aux besoins et créer les conditions de sécurité nécessaires.

Penser le Sénégal sous coronavirus

Contrairement aux prévisions apocalyptiques, le Sénégal est parvenu à contenir la pandémie grâce à une gestion rationnelle de la crise par un pouvoir politique à l’écoute des techniciens et des experts, qui a su prendre les décisions nécessaires sans craindre de heurter les leaders religieux. Selon Hady Ba, plusieurs enseignements sont à tirer. La crise pourrait normaliser durablement les rapports avec les pays occidentaux et européens en particulier et encourager une éthique de la responsabilité usant de l’intelligence collective pour affronter les défis auxquels l’humanité fait face. Le Sénégal et l’Afrique se trouvent ainsi à la croisée des chemins.